Switch

Switch

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 100’
Genre: Thriller
Date de sortie: 12/07/2011

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Juillet 2010, Montréal, Canada. Sophie Malaterre, 25 ans, illustratrice de mode, voit arriver les vacances d’été avec angoisse. Pas de projets, pas d’ami, pas de fiancé... On lui parle du site SWITCH.com qui permet d’échanger sa maison le temps d’un mois.
Sophie trouve, par miracle, un duplex à Paris, avec vue sur la Tour-Eiffel.
Son premier jour est idyllique.
Le lendemain matin, elle est réveillée par les flics.
Un corps décapité est dans la chambre d’à côté.
Elle n’a plus aucun moyen de prouver qu’elle n’est pas Bénédicte Serteaux, la propriétaire des lieux. Le piège se referme sur elle...
Elle n’a pas seulement changé d’appartement.
Elle a changé de peau et de destin...

 

Notre critique:

Après un point de départ un peu brut de pomme (une inconnue ou presque qui donne le point de départ de tout le film à l’héroïne), une arrivée parisienne fort carte postale, SWITCH démarre et un piège machiavélique se referme sur une Sophie bien interprétée par la québécoise Karine Vanasse.
Et puis tout dérape car le piège se révèle trop complexe pour être vraisemblable, Sophie s’échappe comme une professionnelle de la CIA et la mise en scène est trop brusque accentuant le sentiment de manque de continuité dans le scénario même si le rythme est au rendez-vous…
Car c’est bien là que le bât blesse: comme dans ses derniers romans, Jean-Christophe Grangé manque de plus en plus de vraisemblance voulant aller un peu trop loin dans l’étrange et tournant le hasard en deus ex-machina qui révèle plus les trous du récit que ses qualités.
Et trop d’invraisemblances tuant la vraisemblance (air connu), SWITCH souffre constamment de ce déficit malgré la qualité des scènes d’action et des performances de Karine Vanasse et d’un Eric Cantona qui veut y croire aussi…