Paradise Road
Accueil Critiques Paradise Road

Paradise Road

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 125’
Genre:
Date de sortie: 21/10/1997

Cotation:

2 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Février 42: alors que la haute société coloniale de Singapour se prélasse dans les palaces, les bombes japonaises se mettent à pleuvoir sur la ville... La fin d'une période faste est arrivée. Brutalement arrachés à leur bien-être, les hommes se mobilisent pour tenir la place tandis que les femmes sont expédiés par bateau dans leurs pays d'origine. Malheureusement, après un assaut de l'aviation japonaise sur le bateau, certaines d'entre elles sont contraintes de débarquer à Sumatra où elles sont capturées et emmenées manu-militari dans un camp. Leur calvaire ne fait que commencer...

 

Notre critique:

Basé sur des faits réels, PARADISE ROAD raconte la vie de camp de ces femmes aux origines diverses, leur combat pour la survie, leurs peurs et leurs joies. Et ce fait divers, mal connu, aurait pu être intéressant en soi. Si l’on a eu le loisir de voir bon nombre de films de camps de prisonniers de guerre, il est vrai que les camps de femmes ont moins été exploités.

Malheureusement, c’est là que Bruce Beresford, le réalisateur australien (BREAKER MORANT, DRIVING MISS DAISY), rate son coup. Les bons sentiments, les violons, les larmes, les coups, le camp et le scénario sentent beaucoup trop le faux semblant hollywoodien pour rester crédible. Tout dans le film est trop appuyé, la subtilité étant restée plus que probablement dans l’idée de départ!

Et c’est dommage… Car, côté interprétation, on peut dire qu’il n’y a pas de fausse note: Glenn Close est égale à elle-même, Frances McDormand réussit à camper une allemande très crédible et les seconds rôles fonctionnent parfaitement. C’est plutôt dans la mise en scène plate et convenue que réside le vide le plus flagrant.