Tout le Plaisir est pour Moi
Accueil Videos Tout le Plaisir est pour Moi

Tout le Plaisir est pour Moi

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 82’
Genre: Comédie
Date de sortie: 17/08/2004

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Louise travaille à la radio. Tout ce qu'elle fait, elle le fait pour le plaisir, que ce soit l'amour avec François, son petit ami, ou que ce soit son boulot... Mais n'y-a-t-il que le plaisir dans la vie? L'amour, par exemple, peut-il exister uniquement au travers du plaisir sexuel?

 

Notre critique:

Voici un film de femmes, sur les femmes, avec les femmes et qui n’attaque pas (trop) les hommes… TOUT LE PLAISIR EST POUR MOI tourne effectivement autour d’un seul sujet: le plaisir des femmes, et d’une en particulier, Louise, interprétée avec beaucoup de charme et de vitalité par une Marie Gillain toujours adorable.

Louise ne vit que pour son plaisir sexuel. La première scène du film ne laisse planer aucun doute sur ce point. Personnage égoïste par excellence, elle ne pense qu’à son plaisir. Aussi, lorsqu’elle perd ce droit, dans une sorte de crise de frigidité psychologique, elle en fait tout un plat, en veut au monde entier et perturbe la vie de son entourage. Louise entame alors une quête à la recherche du plaisir perdu, quête pendant laquelle Isabelle Broué, la réalisatrice (dont c’est ici le premier long métrage), passera en revue les différents chemins pour parvenir au plaisir chez la femme.

Si au début, cette recherche est amusante, elle devient hélas vite longue et répétitive, l’humour s’effaçant peu à peu au profit de l’ennui ou d’un certain agacement devant ce catalogue bien pauvre des possibilités de trouver le plaisir sexuel. Surtout que l’on se doute bien vite que la vraie réponse n’est pas dans cette énumération mais bien dans ce que le bon sens aurait dû suggérer dès le début à Louise: il n’y a pas de plaisir sexuel durable sans amour…

Bateau, direz-vous? Oui, peut-être, mais pas plus que ce film et son sujet… qui heureusement a le mérite d’être court…