The Clearing
Accueil Videos The Clearing

The Clearing

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : L'Enlèvement

Equipe:
Durée : 94’
Genre: Suspense
Date de sortie: 02/11/2004

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Comme tous les matins, Wayne Hayes quitte sa belle maison et sa femme dans sa belle voiture pour se rendre à son bureau. Ce riche industriel a peu de soucis dans la vie. Mais le soir, alors que des amis sont là pour dîner, Wayne n'arrive pas. Le dîner se termine, la nuit avance et toujours pas de Wayne. Commence alors pour sa femme une longue attente dans l'ignorance de ce qui est arrivé à son mari...

 

Notre critique:

Présenté à Gand, dans le cadre du Festival du Film de Flandre – Gand, THE CLEARING est avant tout un film d’interprètes. Il faut dire que pour un presque huis clos, un casting comme celui-là, et des acteurs parfaitement dans la ligne de leur rôle, était la moindre des choses. Si Robert Redford assure sans problèmes, solidement et sans fioritures un rôle difficile, Helen Mirren est une fois de plus, et décidément, excellente. Celle que l’on a vu aussi bien dans CALIGULA, EXCALIBUR, GOSFORD PARK, qu’au théâtre ou dans l’excellente série télé PRIME SUSPECTS, parvient en quelques traits seulement à donner une profondeur fascinante à son personnage (lorsqu’elle apprend la tromperie de son mari par exemple). Willem Dafoe (PLATOON, WILD AT HEART), quant à lui, dans son rôle de personnage instable mais sûr de sa mission, renoue avec des rôles plus difficiles après son passage du côté de chez SPIDER-MAN 1 et 2…

Après un début un peu lent, et de nombreux flash-back pour positionner l’histoire de Wayne, peu à peu le récit prend son envol, et avec un montage alterné qui montre l’évolution des rapports avec le kidnappeur et l’évolution au sein de la famille, THE CLEARING prend sa vraie dimension analytique. Et l’on assiste alors à une étude de personnages, une étude de moeurs très froide et plutôt distante alors qu’elle brasse une foule de sentiments. Avec une musique angoissante à souhait, le suspense est bien mené. L’imbrication des différents points de vue favorise le mystère et intrigue suffisamment le spectateur pour le conduire vers le dénouement inattendu.

C’est Pieter Jan Brugge (producteur de THE INSIDER, HEAT ou THE PELICAN BRIEF) qui réalise ici son premier long métrage avec un talent certain. Toutefois, on regrettera le côté froid et un peu trop distant du film dont le huis clos aurait pu gagner en empathie et en force…