Garfield - The Movie
Accueil Videos Garfield – The Movie

Garfield – The Movie

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Garfield

Equipe:
Genre: Comédie
Date de sortie: 17/08/2004

Cotation:

/ 6

Si vous avez manqué le début:

Lundi. Comme tous les jours, Garfield se réveille et fait la tournée de son quarter en quête de nourriture et de mauvais coups... Mais ce lundi ne sera pas comme les autres, car John, son maître, se décide à adopter un chien par amour de la jeune et jolie vétérinaire dont il est amoureux.

 

Notre critique:

Garfield est né en 1978 sous le crayon acide de Jim Davis… Chat presque inconnu à ses débuts, il est maintenant publié dans 2570 journaux dans 111 pays (Excusez du peu…). En gros, un succès mondial pour ce chat grand mangeur de lasagnes devant l’éternel, succès qui justifie à lui seul aux yeux de certains producteurs avides de gonfler leurs portefeuilles la création d’un long métrage centré sur ce merveilleux chat…

D’un comic strip plutôt comique, incisif et très critique, les scénaristes Alec Sokolow et Joel Cohen ont eu l’absence de talent de faire un film plat, sans relief, avec un scénario ‘à la Disney’, des chansons, des humains complètement caricaturaux. En gros, ce GARFIELD-là est au comic strip ce qu’un Babybel est au Herve: insipide.

Il est vrai que ce Garfield de synthèse est assez réussi et montre encore une fois l’avancée extraordinaire des effets spéciaux. Mais aussi leurs limites: les personnages humains qui prennent le Garfield en 3D dans leurs bras ont l’air d’être embarrassés avec un coussin d’air entre eux et le dit Garfield. Côté humains, l’interprétation ne vole pas très haut entre une Jennifer Love Hewitt potiche de charme en vétérinaire mignonne et gentille et un Breckin Meyer insignifiant. Tout est fait pour éviter de faire (trop) rire ou de donner quelques aspérités au film même si certains dialogues de Garfield sont (parfois) plus mordants…

Rien de bien terrible donc pour ce film mièvre que l’on pourrait croire réservé aux têtes blondes en dessous de 6-8 ans… Mais ne vaudrait-il pas mieux les orienter vers un cinéma un peu plus intelligent?