Entre Ses Mains
Accueil Videos Entre Ses Mains

Entre Ses Mains

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 90’
Genre: Drame
Date de sortie: 27/09/2005

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Laurent Kessler, vétérinaire de son état, a subi un dégât des eaux dans son cabinet. Claire Gautier vient faire l'expertise du dégât. Face à elle, Laurent a un comportement étrange. Il ne tarde pas à essayer de séduire Claire qui ne semble pas insensible à son charme un peu mystérieux...

 

Notre critique:

On l’attendait depuis longtemps ce fameux rôle où Benoît Poelvoorde confirmerait tout le bien que l’on pense de lui! Au fil des films, ses personnages de looser parfois cyniques, souvent à côté de la plaque, avaient fait leur chemin et finissaient par lasser. Ah, c’est encore Poelvoorde dans son numéro, pouvait-on entendre à la sortie des salles… Il aura donc fallu Anne Fontaine et ENTRE SES MAINS pour que Benoît Poelvoorde donne la mesure d’un talent de composition que l’on ne faisait que lui prêter auparavant.

Avec ce personnage réellement dramatique, malheureux, mal dans sa peau, l’acteur belge adopte pour la première fois un ton très différent, froid, désabusé, cynique dans sa tristesse et son désarroi face au monde qui l’entoure. Il joue beaucoup, et avec réussite, sur la respiration de Laurent Kessler et compose ainsi un personnage tout en contradictions, proche de ce que l’on sent être, intuitivement, la véritable identité de ce type de personne dans la réalité.

Face à lui, Isabelle Carré, naïve et amoureuse au premier regard au début, tisse une femme qui, peu à peu, se rend compte de son pouvoir sur cet homme au bord du gouffre. Fascinée par Laurent, son étrangeté, sa différence, Claire sera aussi la seule qui peut le sauver. Et dans cette Isabelle Carré là, il y a du Deneuve et du Hitchcock, une classe indéniable qui transcende son apparente faiblesse en une force intérieure qui lui fera affronter tous ses démons et ceux de Laurent.

Avec sa mise en scène sobre, Anne Fontaine, à qui l’on devait l’étonnant AUGUSTIN, ROI DU KUNG-FU ou encore le dérangeant NATHALIE, accompagne son histoire avec talent. Elle joue de la caméra à l’épaule quand il faut et colle à ses personnages pour leur apporter une intimité nécessaire, tout en sachant élargir les plans lorsque le récit le demande. L’éclairage est particulièrement soigné et complète parfaitement une histoire qui ne plaira sans doute pas à tout le monde… Mais indéniablement, détracteurs et fans de Poelvoorde ne manqueront pas d’aller voir un acteur, qui si il enchaîne comédies et drames dans le futur devrait encore éclater un peu plus à l’écran…