Déjà Vu
Accueil Videos Déjà Vu

Déjà Vu

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 131’
Genre: Film d'action
Date de sortie: 12/12/2006

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Nouvelle-Orléans. Des marins de l'US Navy embarque sur un ferry. Tout le monde à bord semble heureux et s'amuse. Mais une des voitures est bourrée d'explosifs et des centaines de personnes meurent dans l'attentat... Doug Carlin, un agent de l'ATF (les forces anti-terroristes) se rend sur les lieux et commence une enquête qui va changer sa vision du monde...

 

Notre critique:

Pour ceux qui en doutaient encore, la Guerre Froide a définitivement mis la clé sous le paillasson pour être remplacée au pied levé depuis les attentats de 2001 par le terrorisme. Comme beaucoup de cinéma -et même si il est beaucoup plus orienté marketing et business- le cinéma hollywoodien est en prise directe avec la réalité et traduit les peurs et les craintes d'un peuple ou de certaines personnes…

Avec DEJA VU (en anglais dans le texte), notre bon vieux Jerry (Bruckheimer) ne s'y est pas trompé en le produisant. Avec Tony Scott derrière la caméra pour les images clippées, Terry -PIRATE DES CARAIBES- Rossio à la barre du scénario et Denzel Washington en vedette, il était censé jouer sur le velours du blockbuster.

Mais voilà, tout cela ne suffit pas… Même des pointures du scénario estampillé 'grosses productions' peuvent se mettre le doigt dans l'encrier et ce jusqu'au coude! Et pour DEJA VU, on peut dire qu'ils ont fait fort! Car derrière les gigantesques travellings et les mouvements rapides et amples de la caméra de Scott se cachent des invraisemblances à faire pleurer dans les chaumières… Le voyage dans le temps supposé difficile voire presque impossible dans un premier temps pour une simple feuille de papier devient possible pour Denzel Washington. Heureusement, parfois, le jeu sur le passé mêlé au présent via la vidéo permet à Scott de s'amuser en jouant sur des images complexes: la poursuite en voiture traditionnelle dans ce genre de film se transforme ici en un enchaînement spatio-temporel assez bien maîtrisé.

Mais le pire reste peut-être la volonté de saupoudrer le scénario des images de Floride saccagée. Est-ce complètement démagogique ou simplement un soupçon de mauvaise conscience qui remonte à la surface? Difficile à dire mais en tout cas, cela n'ajoute rien à l'histoire et montre bien la haute estime en laquelle on peut tenir le scénario…