Youth

Comme son nom l’indique, YOUTH est d’abord une réflexion sur l’âge. Et dans le même temps bien sûr  une étude plutôt amère autour de l’existence et de la difficulté de vivre quel que soit l’âge. A ces pistes de réflexion s’ajoute également un constat sur le monde des artistes, du cinéma et du show business, le tout sous une forme puissante, riche en couleurs et en compositions subtiles.

Film profondément dramatique et pessimiste sur la vieillesse, YOUTH n’en demeure pas moins le moyen pour le réalisateur/scénariste Paolo Sorrentino (LA GRANDE BELLEZZA) de nous amener à une sorte de conscience du bonheur et de la paix que l’on atteint avec l’âge en changeant de point de vue sur les choses au fil des ans.

A la différence d’un Terence Malick dans KNIGHT OF CUPS, Sorrentino aime composer ses images pour leur donner tout le sens nécessaire, sans fioritures inutiles et sans emphase, mais avec talent. Comme un peintre sur une toile, il choisit minutieusement ses couleurs, son cadre et ses points de vue afin de faire passer des messages émotionnels forts aux spectateurs.

Servi par un Michael Caine et un Harvey Keitel grandioses, et une Jane Fonda quasi méconnaissable, YOUTH est une véritable claque visuelle et émotionnelle qui accompagne des situations étranges et décalées mais toujours signifiantes, portées par des dialogues savoureux. A l’instar de LA GRANDE BELLEZZA, le film résonnera longtemps derrière vos pupilles, le fond et la forme laissant une empreinte plus sensitive que réflexive…

A voir sans tarder.

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls