xXx : State of The Union
Accueil Critiques xXx : State of The Union

xXx : State of The Union

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : xXx : The Next Level

Equipe:
Durée : 100’
Genre: Film d'aventure
Date de sortie: 26/04/2005

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un haras, une prairie. Soudain des hommes masqués et armés posent des charges et envahissent une installation souterraine située sous la dite prairie. Un des sites de la NSA vient d'être découvert et attaqué... Pendant le même temps, l'agent spécial XXX est tué en mission. Il est décidément urgent pour Gibbons de trouver un nouvel agent XXX pour enquêter sur ces affaires...

 

Notre critique:

Ah, chouette, un beau ‘produit’ hollywoodien, propre sur lui, parfaitement ciblé sur les ado… enfin, les pré-ado, car après 10 ans, cela risque de ne plus leur plaire! En faisant la suite de XXX, les producteurs n’ont fait que renforcer tout ce qui avait contribué au succès du premier: dérision, parodie de James Bond, musique rap, le tout, en ne s’embarrassant ni de vraisemblance ni des détails liés au premier opus (on tue d’emblée le précédent agent XXX, cela évite de devoir reprendre Vin Diesel). Et lorsque tout d’un coup on a envie de transformer le film en un buddy movie entre une sorte de Q et l’agent triple X, on supprime (temporairement) l’entremetteur (Gibbons – Samuel L. Jackson) et l’on rajoute un zeste de blonde à forte poitrine comme méchante de service.

Côté mise en scène, la dentelle est tout sauf de rigueur: les setup et les payoff sont gros comme des missiles sol-air, les effets s’enchaînent les uns derrière les autres sans finesse. Et si l’on voit beaucoup de jolies potiches qui se baladent à droite et à gauche, les scènes de dragues en forme de bluettes à sous-entendus sont pour les ados boutonneux.

Egratignant légèrement (mais c’est de bon ton dans les films hollywoodiens) la politique de Bush en précisant que l’american way of life passe par le vol de voitures dans les quartiers riches, les protagonistes restent malgré tout très propres sur eux. Même Ice Cube semble être rangé des voitures, muselé, avec un vocabulaire sorti tout droit d’un film de Disney! Quant au réalisateur Lee Tamahori, choisi sans doute pour sa réalisation de DIE ANOTHER DAY, il ferait mieux de retourner dans sa Nouvelle Zélande natale pour nous refaire d’aussi bons films que son merveilleux ONCE WERE WARRIORS…