Wind River

Deuxième film de l’acteur Taylor Sheridan derrière la caméra (après un VILE qui n’est pas sorti chez nous), WIND RIVER nous propose un polar moderne entre western (il met en scène des cowboys et des indiens) et film noir dans un décor qui fait penser à Sergio Corbucci (LE GRAND SILENCE).

Sans grande star devant la caméra -seul Jeremy -Oeil de faucon- Renner est plus connu du grand public- Taylor Sheridan s’est donc consacré plutôt à un scénario réaliste (il est adapté d’un fait divers), solide, maintenant la tension et le suspens tout au long du film.

Avec son scénario original (même si l’on a déjà vu des polars autour des réserves indiennes comme FROZEN RIVER ou THE DARK WIND) et sa mise en scène bien maîtrisée, WIND RIVER est à la fois un plaidoyer pour les amérindiens mais aussi pour le respect des femmes.

Le dénouement final est très bien amené sans faux semblants avec un grand brio dans le choix de la narration, ce qui couronne donc un film intelligent et très prometteur pour la suite de la carrière de réalisateur de Taylor Sheridan.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père