Une vie

Adapté d’un roman de Guy de Maupassant, UNE VIE met en scène les déboires d’une jeune fille un peu naïve de bonne famille alors qu’elle décide de se marier. Après LA LOI DU MARCHE, le réalisateur Stéphane Brizé quitte donc le monde contemporain et ses problèmes de chômage pour partir vers le 19e siècle et ses problèmes entre les sexes et les classes.

Avec très peu de dialogues et une très grande place au non-dit, UNE VIE est un drame du sexe dit faible mais aussi un drame de la futilité et de l’oisiveté face à la réalité d’un monde. En épargnant le monde réel à leur fille, le baron et la baronne ne lui ont pas rendu service et ne lui ont surtout pas donné les armes pour survivre face à un mari infidèle et brutal. Ils ne l’ont pas préparé à vivre, tout simplement.

La photographie de UNE VIE est très soignée et les costumes et décors sont parfaitement recréés, mais hélas, cela ne suffit pas à à dynamiser un film trop lent, ni à rendre actuel un sujet qui semble beaucoup trop daté. Les préoccupations de Jeanne et de ses parents ne sont plus celles des jeunes d’aujourd’hui et l’on voit mal qui va s’intéresser à un tel sujet.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père