Accueil Critiques Une Journée De Merde

Une Journée De Merde

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 95’
Genre:
Date de sortie: 08/06/1999

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Cela vous est certainement déjà arrivé. Aux premières ablutions du matin, vous sentez la présence invisible et menaçante de la poisse! Vous en êtes sûr: elle va vous coller à la peau toute la journée. Elle va transformer votre horaire minuté en agenda de névropathe amnésique. Elle va noyer tous vos projets dans l'eau de boudin. Tout ça, à cause de la faute à pas de bol.
Voilà le programme de la JOURNEE DE MERDE de Marc. Pourtant, tout commence bien: il annonce à Sabine son intention de l'épouser. C'est après que les ennuis pointent leur nez. Accidents de voiture, retour d'une ex-fiancée collante et bouddhiste, secrétaire qui disjoncte et polonaise nue qui vient perturber la signature d'un contrat capital. Et les emmerdements de se multiplier, encore et encore.

 

Notre critique:

Le rire est cruel.
Plus le héros s’empêtre dans des quiproquos absurdes, aux conséquences tragiques, plus on en rigole. L’exutoire normal à notre vie grisaillante est la moquerie de l’autre. Quel plaisir que de le voir plus malheureux (et plus ridicule) que nous!
Basé sur ce principe, le script d’UNE JOURNEE DE MERDE est d’une efficacité exemplaire. Sur un rythme effréné, un crescendo rondement mené s’installe et gonfle peu à peu jusqu’à une explosion finale soigneusement orchestrée.
Miguel Courtois, le réalisateur, a travaillé près de dix ans sur des productions télévisées. Un apprentissage à la dure qui porte ses fruits: malgré un budget modeste, il signe une mise en scène qui se renouvelle sans cesse, diablement énergique.
Lorsqu’il travaillait sur des téléfilms, le français se battait pour garder la décision finale sur le casting, habitude qu’il a conservée au cinéma. Bien lui en a pris. Dans UNE JOURNEE DE MERDE, il réunit quelques belles gueules du cinéma français: Anne Brochet, Jean-Pierre Garraud, Guilaine Londez, François Perrot, Bruno Slagmulder. Des noms pas forcément connus, mais des acteurs qui hissent leur second rôle à un niveau hautement jubilatoire. Toutefois, rendons à César ce qui appartient à Richard (Berry). La comédie est définitivement son domaine de prédilection. Son jeu, étrange mélange de force tranquille et d’improvisation débridée, ne sombre jamais dans le vulgaire, au contraire de bon nombre de ses pairs. Communicatif, gai, Berry ne se contente pas de jouer, il s’éclate. Indéniablement, cela se sent. rn

Petit film sorti d’un petit chapeau, UNE JOURNEE DE MERDE est désopilant, divertissant et gaillardement mis en scène. Voilà donc -flûte, on ose!- de quoi renvoyer au rang de piètre blague salace les BELLE MAMAN et autres ASTERIX ET OBELIX.