Un sielence
Accueil Critiques Un silence

Un silence

par Eric Van Cutsem

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Silencieuse depuis 25 ans, Astrid la femme d’un célèbre avocat voit son équilibre familial s’effondrer lorsque ses enfants se mettent en quête de justice.

 

Notre critique:

Basé sur l’affaire Victor Hissel, avocat de la partie civile pendant l’affaire Dutroux, UN SILENCE est le nouveau film de Joachim Lafosse (LES INTRANQUILLES, L’ECONOMIE DU COUPLE). Une fois de plus, le réalisateur belge se penche sur le (dys-)fonctionnement d’un couple (et bien sûr d’une famille) mettant devant l’objectif de sa caméra pour ce film, un homme de loi, François, pris au piège de ses propres tendances pédophiles alors qu’il est lui-même avocat de la partie civile au coeur d’une grosse affaire de pédophilie.

Au bout du rouleau avec une affaire qu’il défend depuis 5 ans, François cherche de l’aide auprès de sa famille et de son épouse. Mais hélas, son couple n’est plus réellement fonctionnel depuis un certain temps. Son fils Raphaël est dans une relation quasi fusionnel avec sa mère, et Caroline, la fille d’Astrid a une relation difficile avec François.

Plus que les faits, ce qui importe à Joachim Lafosse dans ce film -mais aussi dans tous les précédents- c’est le non-dit. La non-communication. Le « silence » du titre. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: il y a eu une affaire honteuse dans cette famille bourgeoise de province, une affaire dissimulée par François, Pierre et Astrid. Les trois portagonistes font comme si de rien n’était, mais ce non-dit les rattrape au plus mauvais moment. La honte est en filigrane de l’ensemble du film. Elle motive chacun des personnages à prendre des décisions fortes et sans appel.

Admirablement interprété, UN SILENCE laisse une grande place au jeu des comédiens et comédiennes. Emmanuelle Devos (LA VIE DOMESTIQUE, MOKA, BOLERO) y est absolument magnifique, tantôt cachant sa honte et tantôt la révélant, la laissant transparaître aux protagonistes et aux spectateurs. E il faut également souligner le courage de Daniel Auteuil d’endosser avec justesse un tel personnage (on est bien loin de Jean-Paul Rouve dans LE CONSENTEMENT). Enfin, le jeune Mathieu Galoux, dont c’est le premier rôle, a tout pour faire une carrière brillante.

Avec UN SILENCE, Joachim Lafosse éclaire une fois encore avec brio la mécanique du couple en traitant la honte qui engendre elle-même le non-dit, non-dit qui fait, inévitablement, des dégâts dans la cellule familiale…

 

Ces articles pourraient vous intéresser