Un homme à la mer
Accueil Critiques Un homme à la mer

Un homme à la mer

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe: Bérengère Bodin, Géraldine Doignon, Jo Deseure, Yoann Blanc
Durée : 90’
Genre: Drame psychologique
Date de sortie: 01/06/2016

Cotation:

2/ 6

Si vous avez manqué le début:

Dans l’océan pacifique, il y a un petit poisson appelé le migrant qui parcourt des milliers de kilomètres pour trouver une eau plus chaude de un degré pour se reproduire...

 

Notre critique:

Mathieu, un biologiste marin de 35 ans, vit une vie peu passionnante lorsque soudain sa belle-mère disparaît. La chance peut-être d’enfin sortir de son train-train quotidien dans la recherche biologique…

Cette disparition étrange est l’élément déclencheur de toute la suite de UN HOMME A LA MER et le moteur même de ce qui va pousser Mathieu dans une quête dictée par son inconscient. Dans ces conditions, et sans antagonismes, il est difficile pour le (anti-)héros d’évoluer au sein du récit. Et ce ne sont pas des artifices scénaristiques ou de mise en scène qui donnent la dynamique du récit.

Ce deuxième long métrage de la belge Géraldine Doignon (après DE LEUR VIVANT) flirte avec un certain fantastique ou une forme de réalisme un peu onirique. Mais, manquant cruellement de moteur dans son récit, le film s’étire tout au long de ses 90 minutes sans parvenir à capter l’attention du spectateur qui ne peut que se distancier du sujet au fur et à mesure de l’évolution de celui-ci, même si la mise en scène reste indéniablement soignée.

Et au lieu d’être aidé par un casting digne de ce nom, l’interprétation de Yoann Blanc, comme dans la série belge LA TREVE d’ailleurs, est relativement inexpressive et manque complètement de nuances ou de relief.

Au final, UN HOMME A LA MER n’est pas passionnant, à l’instar de la vie de son héros, et aura quelques difficultés à entraîner les spectateurs dans son histoire.

 

Ces articles pourraient vous intéresser