Un homme à la hauteur

Mais Diane (Virginie Efira toujours dans les mêmes rôles!) n’est pas au bout de ses surprises puisque celui qui vient lui rendre son portable est un homme de (très) petite taille, 1,36 m, atteint d’un nanisme proportionné. A partir d’un pitch comme celui-là, on se dit que le film va tourner autour du droit à la différence, de ne pas juger les gens sur la mine et que l’on est dans du tout tracé à l’avance…

Et c’est plus ou moins le cas, si l’on passe sur un casting qui ne fonctionne pas du tout: Jean Dujardin en lilliputien! Plus fort encore, Jean Dujardin en lilliputien qui se la joue Bebel ou OSS 117, et là, on craque, car cela ne marche absolument pas.

Même à grand renfort de tentatives d’humour ratées: le gag récurrent du chien, les petites phrases drôles qui tombent à plat: “C’est quoi le plus douloureux pour toi? réponse d’Alexandre: le cou”, on parvient très difficilement à retrouver le sujet, qui oscille entre la notion de handicap dans la vie de tous les jours et la difficulté de trouver une femme à son pied, dans des dialogues poussifs, dans le casting d’un Dujardin qui ne parvient jamais à rendre crédible son personnage et dans une caricature quasi permanente renforcée par des effets pas toujours à la hauteur (eux).

Dommage car Laurent Tirard, le réalisateur/scénariste avait fait un ASTERIX & OBELIX AU SERVICE DE SA MAJESTE et un LE PETIT NICOLAS plutôt réussis. On attend donc son suivant… et on oublie bien vite celui-ci…

Articles associés

Chlopi

Le bleu du caftan

The Eternal Daughter