Tueurs

Bruxelles, 30 ans plus tard, des tueurs frappent selon le même modus operandi, s’attaquant à des innocents mais aussi à une magistrate en charge du dossier des tueurs fous.

Présenté à la Mostra de Venise et au Festival de Gand, TUEURS, au-delà de sa volonté de se rattacher à l’épisode sanglant et mystérieux des tueurs du Brabant, est avant tout un polar. Et c’est d’ailleurs ce que l’on peut reprocher d’emblée au film: pourquoi avoir choisi de lier ce bon polar à une histoire réaliste ayant défrayé la chronique si ce n’est pour faire le buzz autour du film?

Hormis ce choix un peu trop marketing, le casting est plutôt séduisant et très éclectique, et le polar TUEURS joue sur la gamme des codes du genre (flic corrompu, tueur impitoyable, balance, etc). Seule autre ombre au tableau: une vraisemblance qui est souvent mise à mal notamment par une théorie du complot qui va trop loin. Le hasard devient alors souvent le moteur d’un récit qui aurait pu s’en passer.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père