Transporter 2
Accueil Critiques Transporter 2

Transporter 2

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Le Transporteur II

Equipe :
Durée : 87‘
Genre :
Date de sortie : 23/08/2005

Cotation :

0 of 6 stars

Si vous avez manqué le début:

A 15h précises, le transporteur, Frank Martin, va chercher... un enfant à l'école. Frank assure en effet un travail intérimaire de chauffeur de maître auprès de la famille du directeur de la lutte anti-drogue. Mais l'enfant qu'il est censé protéger et conduire est enlevé. Frank va devoir dès lors se dépasser pour récupérer le gamin et arrêter les kidnappeurs...

 

Notre critique:

Louis Leterrier (THE TRANSPORTER, DANNY THE DOG) continue sa carrière de réalisateur sous l’égide d’un Luc Besson qui lui fournit les sujets et la production (comprenez l’argent)… Si il a plus de chance que beaucoup de jeunes réalisateurs qui cherchent des financements, il est toutefois pris au piège de scénarios d’action uniquement qui l’obligent à jouer l’esbroufe toujours un peu plus…

C’est encore le cas avec ce TRANSPORTER II qui éclate dans tous les sens sous la double plume de Besson et de Robert Mark Kamen. Plus maîtrisé au niveau des dialogues que le premier (il faut malgré tout les prendre au 14e degré), on nage par contre toujours dans une invraisemblance scénaristique (le décrochage de la bombe, la poursuite sur les toits) qui, à force de vouloir nous en mettre plein la vue, finit par nous obliger à nous pencher vers notre voisin ou voisine pour lui demander quand tout ‘ça’ s’arrêtera! A l’instar d’un THE ISLAND, trop d’action tue l’action…

Bagnoles, action et fun sont donc les trois mamelles de cette histoire qui véhicule clichés sur clichés (le méchant très méchant accompagné par une garce sado-maso encore plus méchante) et qui fait la part belle aux personnages caricaturaux. Ancien champion de plongée sous-marine, Jason Statham tire, quant à lui, son épingle du jeu et se positionne de plus en plus comme un remplaçant de notre JCVD national et consort et joue à Jacky Chan avec un petit côté truand pas inintéressant.

THE TRANSPORTER II vise bien sûr la cible adolescente et joue sa carte ‘action’ à fond pour séduire large. Cela marche si l’on est prêt à accepter les invraisemblances permanentes et une fin plutôt abrupte…