Todos lo saben

Une caméra très mobile au service d’un début façon thriller… Asghar Farhadi, réalisateur iranien, après une incursion en France avec LE PASSE, se jette avec TODOS LO SABEN dans une étude des tensions au sein d’une famille riche espagnole.

Le village servant de huis clos, il laisse sa caméra voler des moments aux personnages présents, de façon à ramener à la surface, par petites touches, un passé trouble et à brosser les principaux traits de caractères.

Bien loin des sujets de LA SEPARATION ou du CLIENT, Asghar Farhadi s’amuse à jouer avec le thriller et le polar façon maître Hitch faisant monter peu à peu une sauce dont il va saupoudrer l’analyse sociale et des personnages qu’il va déployer ensuite.

Car le but du réalisateur iranien n’est pas de faire un thriller mais bien de démonter les mécanismes de rancoeur et de jalousie qui anime cette autrefois riche famille propriétaire terrien espagnol. Et il s’y connait suffisamment bien pour retourner le spectateur avec quelques bonnes surprises qu’il sort d’une manche bien remplie qu’elles soient plus de l’ordre du thriller ou plus de l’ordre social.

Présenté en ouverture à Cannes en mai 2018, également présent en compétition, TODOS LO SABEN est un film séduisant avec un casting espagnol tout aussi séduisant: Javier Bardem et Penelope Cruz se retrouvant pour la sixième fois ensemble après ESCOBAR en 2017, les seconds rôles étant également tous à la hauteur avec un Ricardo Darin (EL PRESIDENTE, TRUMAN) égal à lui-même en tête de ceux-ci.

Articles associés

Fremont

Something in the Water

Fly Me to the Moon