The Woman King

The Woman King

Sous prétexte de faits plus ou moins historiques autour du royaume du Dahomey, Hollywood nous propose THE WOMAN KING mettant en scène les guerres entre le Dahomey el royaume d’Oyo.

Inutile de dire que l’Histoire a bon dos pour nous proposer principalement un film qui remplit la checklist hollywoodienne du moment: de l’action, des femmes, des afro-américaines et de l’exotisme.

Si cela peut suffire pour faire un film d’action made in US tout à fait convenable -d’autant que le casting est particulièrement bien choisi- la mise en scène et le comportement des protagonistes retracent plus les moeurs d’afro-américains du 21e siècle que des tribus du début du 19e siècle.

On se retrouve donc avec un film qui ne sort pas des clichés du film d’action même si il tente d’aborder la problématique de l’esclavage en l’éclairant sur sa composante africaine autant qu’européenne et mondiale.

Les combats sont bien chorégraphiés (ce serait dommage pour ce type de films) mais THE WOMAN KING reste un divertissement vite oublié, dont la composante historique laisse croire qu’une fois de plus Hollywood ne comprend pas grand-chose à ce qui se passe en dehors de son monde.

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer