Accueil Critiques The Red Violin

The Red Violin

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 130’
Genre:
Date de sortie: 25/05/1999

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

A Montréal, de nos jours. Dans une vente aux enchères, un célèbre violon, le Violon Rouge, va être vendu. Son histoire et son mystère nous sont dévoilés depuis le 17e siècle jusqu'à nos jours.

 

Notre critique:

Par de multiples retours dans le passé, depuis la création du violon jusqu’à maintenant, le réalisateur François Girard brosse le portrait d’un instrument dont la conception dans la douleur a marqué son histoire en lettres de sang. Il fait ainsi du violon rouge le héros à part entière du film, le déclencheur de toutes les motivations des personnages, qui ne sont plus que les marionnettes d’un destin tout tracé. Il alterne les petites histoires, les entrecoupe avec le temps présent, ce qui demande une attention soutenue au spectateur. Celui qui s’accrochera en sera récompensé, les autres feraient mieux d’oublier le film.

Si besoin était, les signatures de Girard et de McKellar sont des garanties de l’amour de la musique et du travail bien fait. Girard a en effet été le réalisateur de SECRET WORLD LIVE, pour Peter Gabriel et de THIRTY TWO SHORT FILMS ABOUT GLEN GOULD, tandis que McKellar (qui signe ici aussi le scénario) est un des acteurs favoris d’Atom Egoyan et une des étoiles montantes du cinéma canadien (il était impliqué à des niveaux divers dans 8 films présentés au Festival de Toronto en 1998!).

LE VIOLON ROUGE fait partie de ces films dans lesquels le mystère est aussi habilement distillé que la mise en scène est soignée. Pas tapageur pour un sou, c’est le type de film que l’on savoure avec les yeux comme avec l’esprit, qui ne vous soufflera pas par ses nombreuses cascades mais bien par l’intelligence de son propos