The Object Of My Affection
Accueil Critiques The Object Of My Affection

The Object Of My Affection

par Olivier Loncin
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 112’
Genre:
Date de sortie: 12/01/1999

Cotation:

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

En tout bien, tout honneur: Nina accueille chez elle George qui vient de se faire larguer. Mais cette situation qui ne devait être que temporaire se prolonge, ce qui ne déplait absolument pas à Nina qui se sent irrésistiblement attirée par George, mais ce qui agace bien son fiancé, malgré le fait que George soit ouvertement homosexuel. Lorsque Nina se retrouve enceinte de son fiancé, l'équilibre qu'elle avait instauré s'effondre et arrive le temps des choix.

 

Notre critique:

Remercions tout de go Nicolas Hytner (THE MADNESS OF KING GEORGE) d’avoir fait de ce qui aurait pu être une horripilante comédie sentimentale à la sauce SLEEPLESS IN SEATTLE une histoire adulte sonnant juste, et malgré tout rafraichissante.

Une fois n’est pas coutume, le thème de l’homosexualité n’est pas sacrifié sur l’autel de la normalisation, comme c’est trop souvent le cas dans les productions hollywoodiennes. Et puis d’abord, le coeur du film n’est pas consacré aux préférences sexuelles des individus, mais bien à l’amitié entre garçons et filles et à ses possibles dérives vers des sentiments plus intenses encore.

Hytner dose avec talent l’humour, la réflexion et l’émotion sans jamais faire oeuvre de didactisme, ni faire jouer les violons pour nous arracher une larmichette à bon compte. Ses personnages sont tous dotés d’une véritable individualité qui leur confère une humanité réelle, les rendant ainsi profondément attachants. De plus, le réalisateur sait filmer les visages et s’attarder aux silences. Son film y gagne une fois encore en densité et évite au spectateur toute impression d’artifice.

THE OBJECT OF MY AFFECTION est un vrai film sur l’amitié et une belle histoire de respect.

A noter aussi pour le plaisir, la pétillante présence d’Alan Alda (un habitué de chez Woody Allen) en éditeur à succès, adorable mais sérieusement déconnecté!