The Killer Inside Me
Accueil Critiques The Killer Inside Me

The Killer Inside Me

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe :
Durée : 108’
Genre : Drame policier
Date de sortie : 17/08/2010

Cotation :

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Lou Ford est le shérif adjoint charmant, beau gosse et sans prétention d'une petite ville américaine. Lou a un tas de problèmes. Des problèmes avec les femmes. Des problèmes avec la loi. Trop de meurtres commencent à s'accumuler dans la juridiction de sa petite ville du Texas. Et surtout, Lou est un tueur sadique et psychopathe. Lorsque les soupçons commencent à peser sur lui, il ne lui reste que peu de temps avant d’être démasqué. Mais dans l’univers sauvage, glauque et plus sombre que noir de Thompson, les apparences sont trompeuses et il s’avère que les enquêteurs à ses trousses pourraient, eux aussi, avoir un secret bien à eux. 

 

Notre critique:

Auteur de romans noirs voire quasi nihilistes, Jim Thompson a non seulement été adapté au cinéma mais a aussi écrit des scénarios directement pour le cinéma (THE KILLING, PATHS OF GLORY entre autres). Son roman THE KILLER INSIDE ME a déjà été porté à l’écran en 1976 mais l’adaptation faisait hélas ressembler le roman à un thriller classique et ne rendait pas réellement la brutalité de l’écrit…
Avec Michael Winterbottom à la réalisation et au scénario, on se doutait bien qu’il en serait autrement connaissant le goût de ce dernier pour les documentaires sans concessions (THE ROAD TO GUANTANAMO) ou pour les films de guerre garantis sans édulcorants (WELCOME TO SARAJEVO, IN THIS WORLD). Et clairement, Winterbottom n’y va pas avec le dos de la cuillère balançant à l’écran un personnage sans fioritures (magistralement interprété par un Casey Affleck décidément génial) et une violence crue bien loin de la chorégraphie et du lécher imposés dans bon nombre de productions hollywoodiennes. Il ne justifie ni ne glorifie celle-ci, il la jette simplement en pâture aux spectateurs parce qu’elle fait partie du personnage principal.
Et c’est là toute la force d’un film qui colle à son histoire et à ses personnages en y distillant toute la noirceur, la cruauté et la brutalité d’une humanité sans espoir. A noter l’excellente prestation d’une Jessica Alba dont Winterbottom au travers d’un Lou Ford se fait un plaisir de massacrer la beauté et également celle d’une Kate Hudson en contre-emploi total…