The Judge

The Judge

Tout commence comme un mélodrame traditionnel (la mère meurt et le fils se voit contraint de retourner dans son patelin d’enfance) mais voilà que le juge, intègre, sûr de lui, se retrouve embarqué dans une affaire d’homicide (il aurait renversé un cycliste) et a besoin de son fils pour le défendre.
Jusque là, rien de très original mais rien non plus d’imbuvable. Malheureusement l’ensemble se gâte petit à petit voulant (air connu) courir beaucoup trop de lièvres à la fois: un amour passé pour Hank, la tension avec le père, le procès, la maladie, le divorce de Hank, le frère attardé et l’on en passe et des meilleures…
Et là, on sombre peu à peu dans un fatras de clichés dont on ne sortira plus malgré l’excellente prestation du duo Robert Duvall Robert Downey Jr. qui ont beau se débattre, se provoquer et se tirailler: le récit ne sortira plus de l’ornière où il s’est embourbé.
Le film et ses 140 minutes finiront donc d’avoir raison même des plus assidus des spectateurs gâchant le plaisir du retour de Robert Downey Jr. ailleurs que dans son rôle de détective londonien ou playboy en boite à conserve.

Articles associés

Something in the Water

Fly Me to the Moon

Vogter