The Iceman

The Iceman

A l’instar de celle d’un Landru, l’histoire de Richard Kuklinski, un tueur à gage qui a réussi à cacher son métier à toute sa famille pendant des dizaines d’années, est édifiante et ne pouvait manquer d’intéresser le cinéma de genre.
Et ce THE ICEMAN (surnom de Kuklinski, faisant référence à sa façon de maquiller l’heure de la mort de ses victimes en les conservant au froid) reprend donc le récit d’une tranche de vie de ce bon père de famille, tueur de sang froid depuis l’âge de 13 ans, ayant à son actif plus d’une centaine de meurtres.
C’est Michael Shannon (formidable agent dans BOARDWALK EMPIRE) qui se glisse dans la peau de ce personnage peu recommandable. Spécialiste des personnages ‘borderline’ (TAKE SHELTER, MAN OF STEEL), Shannon compose là un personnage froid, impitoyable mais fragile à la fois, spécialement quand sa famille est impliquée.
THE ICEMAN est intéressant à plus d’un titre: comme biographie d’un homme hors du commun dont les deux faces opposées en font quelqu’un d’insaisissable, comme document sur une époque où la mafia règne en maître et enfin comme drame humain d’un homme dont le fragile équilibre se trouve bouleversé… A ne pas rater donc.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père