The Girl With the Dragon Tattoo

The Girl With the Dragon Tattoo

MILLENIUM, c’est d’abord une trilogie littéraire suédoise publiée à titre posthume devenue best-seller dans de nombreux pays du monde. Ce fut ensuite une adaptation cinéma made in Suède plutôt réussie et déclinée également en série télévisée qui avait révélé notamment une formidable actrice, Noomi Rapace.

Et voici que David Fincher et le scénariste Steven Zaillian (SCHINDLER’S LIST, AMERICAN GANGSTER) s’empare du roman de Stieg Larsson pour nous entraîner dans la version américaine (même si elle est situé en Suède) des romans.

Après un formidable générique d’entrée, THE GIRL WITH THE DRAGON TATTOO démarre sur les chapeaux de roue. Il faut dire que la mise en scène de l’auteur de SEVEN est brillante: rapide, dynamique et inventive; elle fait toute la différence entre les deux versions cinématographique d’une même histoire de base. Le réalisateur de FIGHT CLUB parvient ainsi à dynamiser le récit d’une enquête pure et dure non seulement en un suspense sans failles mais aussi en un récit plus proche du roman rendant toute la noirceur des différentes scènes clés.

Si l’on ajoute à cela, un excellent casting avec un Daniel Craig loin de ses rôles de James Bond et une Rooney Mara (THE SOCIAL NETWORK) qui nous fait (presque) oublier Rapace, on obtient un film presque sans faute qui satisfera tout le monde à l’exception peut-être des suédois qui auront dû mal à s’identifier à des acteurs si peu ‘autochtones’…

Articles associés

La fille de son père

Le deuxième acte

Goodbye Julia