The Florida Project

Des gamins spécialistes en bêtises de tout genre sèment un peu (pas mal) la zizanie dans une sorte d’appart-hôtel façon US, et surtout façon Floride du côté de chez papa Disney. On se croirait presque dans un roman de la comtesse de Ségur au 21e siècle! Le concierge responsable de la gestion de l’ensemble tente de réguler plus ou moins les écarts des habitants.

C’est sur cette toile de fond que Sean Baker compose son sixième film, THE FLORIDA PROJECT, qui suit pas à pas la vie des défavorisés de l’Amérique, ces personnes qui ont tout juste les moyens de survivre à côté de la richesse distillée dans le reste de la Floride et des USA.

Sans vedettes (excepté un Willem Dafoe plutôt jubilatoire), THE FLORIDA PROJECT repose sur une interprétation naturelle, au bord de l’improvisation, qui convient parfaitement à cette tranche de vie. Alternant entre le point de vue des enfants (et leurs bêtises) et ceux des adultes (si on peut considérer Halley comme une adulte), le film nous fait vivre en voyeurs une vie ni bonne ni mauvaise avec ses peines et ses joies.

Mais si THE FLORIDA PROJECT distille parfaitement cette ambiance, c’est au prix de certaines longueurs et d’un manque de profondeurs sur certains personnages, ce qui rend parfois le récit plus anecdotique qu’interpelant.

Articles associés

Le torrent

Under the Fig Trees

Close