The Flash

The Flash

Héros de chez DC, Flash a eu l’honneur de quelques séries à partir des années 90 avant de se retrouver en long métrage dans BATMAN VS SUPERMAN, SUICIDE SQUAD, JUSTICE LEAGUE ou ZACK SNYDER’S JUSTICE LEAGUE et finalement dans un opus consacré entiêrement à sa petite personne, THE FLASH.

Dès le départ, le ton est donné. On est au bord de la comédie, entre le loufoque et le réalisme, le tout enrobé d’effets spéciaux numériques en permanence.

Et puis au fur et à mesure du film, THE FLASH devient un joyeux foutoir mélangeant pésent, passé, de multiples héros de DC (Batman, Wonder Woman, Supergirl) ainsi que des entorses à tout ce que les comics ont construit depuis des années le tout sous prétexte d’un caractère inclusif à outrance et d’une revisite d’univers artistiques créés de longue date.

Les multiples références aux films DC et aux interprètes récurrents, passés ou n’ayant pas joué (Nicolas Cage en Superman) est assez vaine et ne fait plaisir qu’aux personnes ayant vu tous les films et étant au courant de tous les détails de l’univers.

Et si ce n’était pas suffisant pour saborder un film sans idées, sans originalité, les effets spéciaux numériques, les couleurs et la mise en scène sont affreusement moches laissant dans les pupilles un effet délavé qui ne permet à aucun moment de trouver quelque chose de réussi dans le film.

A la fin de THE FLASH, on est vraiment en droit de se demander si l’univers DC a encore un avenir au cinéma ou si l’on assiste à son chant du cygne!

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls