The Fate of the Furious - Fast & Furious 8
Accueil Critiques The Fate of the Furious

The Fate of the Furious

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Fast & Furious 8

Equipe : Chris Morgan, Dwayne Johnson, F. Gary Gray, Jason Statham, Vin Diesel
Durée : 136’
Genre : Film d'action
Date de sortie : 12/04/2017

Cotation :

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Havane, Cuba, un rassemblement de voitures tunées. Pour venir en aide à son cousin qui s’est fourré dans un mauvais deal, Dom fait une course dans les rues de Cuba avec le gars à qui son cousin doit de l’argent...

 

Notre critique:

Après 7 films et la mort accidentelle de l’un de ses interprètes principaux, Paul Walker, au milieu du tournage de FURIOUS SEVEN, on espérait que les producteurs allait donner à la franchise un nouveau souffle. FAST & FURIOUS 8 ne répond hélas pas à ses espérances, continuant plutôt dans une lignée toute tracée: des belles filles, des belles mécaniques et de l’action à revendre.

Pas certain que les fans s’en plaignent, pas certain non plus que la critique apprécie de voir et de revoir le même film au cours des années. Cependant, il faut admettre que l’humour direct à ras de terre et les cascades toujours plus invraisemblables frappent juste là où le public attend ce divertissement porté par des pointures du film d’action: Vin -Dom- Diesel, Jason Statham, Dwayne Johnson, Michelle Rodriguez et la nouvelle méchante en chef Charlize Theron (MAD MAX: FURY ROAD).

Le scénario -qui tient sur une feuille de papier à cigarette- joue aussi parfaitement dans le sens du poil d’un public jeune, avide de haut faits de hacking et de problèmes de sécurité. Ce n’est donc pas pour rien que Charlize Theron campe cipher, une hackeuse de grand talent, qui s’amuse à jouer avec l’électronique embarquée dans nos voitures (ce qui nous vaut un bel aperçu des futurs dangers pour notre société).

Mais il faut avouer que l’on a largement l’impression que la franchise s’essouffle en essayant de donner à l’équipe de Dom d’autres protagonistes qui vont permettre de créer un nouveau départ. Si on peut y voir une bonne idée, c’est aussi une façon de déforcer l’existant en reconnaissant implicitement ses manques.

On verra si les producteurs redressent la barre puisque les deux suivants (le 9 et le 10) sont déjà en préparation…

 

Ces articles pourraient vous intéresser