The Faculty
Accueil Critiques The Faculty

The Faculty

par Jean-Dominique Quinet
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 104’
Genre:
Date de sortie: 15/06/1999

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Quand on vous disait que les profs étaient des êtres étranges venus d'ailleurs...
Dans ce lycée américain bien comme il faut, rien ne va plus! Des élèves disparaissent par-ci, des enseignants s'entre-tuent discrètement par-là. Le bizarre atteint son apogée lorsqu'un élève ramasse sur le terrain de foot un protozoaire aux allures franchement pas terriennes. Heureusement, quelques students ont échappé au lavage de cerveau et vont remettre de l'ordre dans tout ça.

 

Notre critique:

Eh! Les gars! Voici venir le dernier Roberto Rodriguez! Le virtuose du gun fight et du gore crapoteux a délaissé le désert mexicain et les bars mal famés pour planter sa caméra dans un décor plus familier du spectateur américain moyen: la High School et son cortège d’étudiants hurleurs. En effet, après s’être distingué par d’habiles séries B joliment mises en images, DESPERADO et FROM DUSK TILL DAWN, Rodriguez s’attaque à un gentil divertissement de genre: une tripotée de teenagers essaient d’échapper aux griffes d’horribles monstres qui pensent rien qu’à les bouffer!
Côté scénario, inutile d’attendre un gramme d’originalité. La trame générale s’inspire et se réfère ouvertement à THE BODY SNATCHERS. Les rares rebondissements sont téléphonés. Le jeu du « qui est l’alien? » est vite relégué en seconde position derrière le plus intéressant « comment le prochain niais va-t-il se faire dégommer? ». Du coup, on est presque surpris par LA bonne idée du script qui vaut, à elle seule, le détour: comme la drogue a tendance à liquéfier pour de bon les braves extra-terrestres, notre joyeuse ribambelle décide de s’offrir une séance de sniffe où chacun y va de son petit trip, le but de la manoeuvre étant de démasquer d’éventuels tentaculeux infiltrés. Jubilatoire… et historique!

rn

Rodriguez, visiblement un peu calmé côté réalisation, assure le rythme en bon faiseur. On ne s’embête pas, même si on regrette un peu ses délires passés. Bah! Si vous aimez les pseudopodes et les cadavres fumants, les classes de THE FACULTY abritent quelques spécimens qui seront certainement à votre goût!