The Black Phone

The Black Phone

THE BLACK PHONE est tiré d’une nouvelle de Joe Hill. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Joe Hill est le digne fils de Stephen King et, au même titre que son père, il publie des livres et des nouvelles fantastiques et d’horreur. Il ne s’arrête pas là puisqu’il a aussi scénarisé une BD étrange et originale « Locke & Key » qui a été adaptée en série TV.

Comme son papa aussi, il a déjà été adapté au cinéma quelques fois (HORNS, IN THE TALL GRASS) sans qu’aucun de ces films n’ait été vraiment marquant.

THE BLACK PHONE n’est pas à proprement parlé fantastique mais tient plutôt du thriller et du polar: un tueur en série d’enfants sévit dans une petite ville des USA et une jeune fille douée de visions aide la police à localiser ce monstre.

C’est une certaine vision de l’Amérique profonde que nous offre Joe Hill, une Amérique ni très courageuse ni très curieuse, refermée sur elle-même tentant d’échapper à ses démons sans les affronter. Comme dans beaucoup d’histoires de Joe Hill, ce sont les enfants (les ados) qui sont au centre de l’histoire et qui en détiennent les clés. C’est aussi ce qui fait l’intérêt du film.

Il y a dans THE BLACK PHONE quelques bonnes idées sorties de l’imagination de l’excellent conteur d’histoires qu’est Joe Hill mais, comme pour Stephen King, l’adaptation pêche parfois par un étirement de la narration et par un manque de détails des livres difficiles à transcrire dans une adaptation cinématographique. Il n’en reste pas moins que THE BLACK PHONE est tout à fait visionnable et que Joe Hill reste un auteur à suivre.

Articles associés

Close

Pétaouchnok

Black Panther: Wakanda Forever