The Banshees of Inisherin

The Banshees of Inisherin

Avec 4 longs métrages en 14 ans, Martin McDonagh, britannique de son état, n’est pas ce que l’on appelle un réalisateur prolifique! Mais c’est par contre un réalisateur de talent, surprenant à chaque fois, un scénariste qui sait ce qu’original veut dire et qui aime clairement les situations sous tension qui alimentent un récit bien charpenté ainsi que des personnages plutôt forts. On l’a vu sur IN BRUGES comme sur 3 BILBOARDS.

THE BANSHEES OF INISHERIN ne fait que confirmer cela et affirme clairement le talent de conteur de Martin McDonagh qui nous embarque dans un conte qui mêle humour noir et tendresse. Deux amis de longue date (on ne nous donne pas la durée, mais on se doute que ces deux-là se fréquentent depuis toujours), Colm et Pedraic, vivent en harmonie sur une ile perdue au large de l’Irlande, jusqu’au jour où, le plus âgé, Colm décide de mettre fin définitivement à leur amitié.

Et c’est le point de départ de THE BANSHEES OF INISHERIN… Sont-ils brouillés? S’est-il passé quelque chose? Il semble que non, Colm ne supporte simplement plus Pedraic. Et c’est à partir de là que la vie de Pedraic s’effondre. Il perd tous ses repères de « brave » type qui se contentait de cette amitié.

Au milieu des paysages sauvages de l’île, Martin McDonagh dépeint une relation qui explose. Avec un humour noir et des dialogues finement ciselés, le film tente de démonter la mécanique fine et complexe de l’amitié, de la relation entre les gens. Si l’humour occupe une grande part, le drame est omniprésent. Le récit oscille avec beaucoup de talent entre ces deux états pour favoriser une plus grande empathie des spectateurs pour l’un ou l’autre des deux personnages.

On avait déjà eu droit au duo Brendan GleesonColin Farrell dans IN BRUGES et on les retrouve une nouvelle fois ici. Et après vision, il est clair que ce duo fonctionne particulièrement bien, le côté bourru et jusqu’au boutiste étant parfaitement assumé par Gleeson tandis que la naïveté et l’innocence de Pedraic est parfaitement incarnée par Farell.

L’année 2023 commence bien avec ce petit bijou original et difficile à cerner mais ô combien réussi!

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls