Tel père telle fille
Accueil Critiques Tel père telle fille

Tel père telle fille

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 90’
Genre: Comédie
Date de sortie: 14/08/2007

Cotation:

0 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Bruno, la trentaine, glandeur irresponsable, se retrouve à squatter chez une copine après s'être fait larguer par sa petite amie. Une tuile n'arrivant jamais seule, une de ses ex lui apprend qu'il est le père d'une fille de 14 ans. D'abord effrayé et totalement incapable de gérer une adolescente, Bruno va évoluer pour devenir un vrai père et un adulte responsable...

 

Notre critique:

Pour son premier long métrage, le réalisateur Olivier De Plas s'attaque à un thème vu de nombreuses fois au cinéma: le conflit des générations ou des types de vie en général… Mais au lieu d'en jouer traditionnellement, il aborde, par le biais de l'adaptation d'un roman de Virginie Despentes, le conflit en jouant sur la confrontation entre une sorte d'adulescent attardé et une adolescente en pleine mutation, un père et une fille qui ne se connaissent pas mais qui ont tout pour (ne pas) s'entendre.

Tantôt sur le ton de la comédie et tantôt dramatique, TEL PERE TELLE FILLE se veut un regard plus ou moins décalé sur une génération de quarantenaires qui n'accepte pas vraiment de vieillir, qui pour rester jeune n'a pas fait d'enfants (ou a oublié qu'elle en a fait…) et qui, tout à coup, se trouve confronté à de vieux démons et surtout à des responsabilités que seules leurs compagnes ont prise à leur place. Si en plus, comme Bruno dans le film, cette génération est aussi celle de la fumette, cela donne bien sûr un peu de piquant décalé sur le sujet…

Si le scénario de l'ensemble tient relativement bien la route, c'est surtout la prestation de l'ensemble des interprètes qui permet au film de ne pas sortir lors d'un tournant serré… Vincent Elbaz en rocker junkie à moitié nase est stupéfiant (avec le mauvais jeu de mots) et rappelle dans la forme de son jeu, un Johnny -Pirate 3- Depp tandis qu'Elodie Bouchez fait aussi merveille en journaliste de rock plutôt à côté de ses pompes.