Swimming Home
Accueil Critiques Swimming Home

Swimming Home

par Eric Van Cutsem

Equipe: Ariane Labed, Christopher Abbott, Freya Hannan-Mills, Justin Anderson, Mackenzie Davis, Nadine Labaki
Durée : 99’
Genre: Drame
Date de sortie: 07/08/2024

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Laura, Vito, Josef et Isabel sont en route vers leur maison de campagne. A peine arrivés, leur fille, Nina, qui était déjà sur place, leur annonce qu'une fille nue se baigne dans la piscine. Elle s'appelle Kitti et est une amie de Vito.

 

Notre critique:

Une invitée impromptue, Kitti, se glisse au sein d’une famille dysfonctionnelle et de leurs amis. Sa présence pendant leur vacances risque de perturber tout un chacun. SWIMMING HOME n’est pas sans rappeler TEOREMA de Pasolini tant par son approche (un étranger arrive dans une famille et séduit tout le monde) que par sa forme esthétisante.

Malheureusement, ce premier film de Justin Anderson, adapté du roman de Deborah Levy, est loin de ce célèbre modèle. Si la place importante donnée à une forme lascive de la danse contemporaine contribue notamment à l’atmosphère globale du film, la volonté d’une esthétique omniprésente (en images et en sons) qui n’est plus, pour finir, que de la forme sans fond, ne parvient pas à convaincre.

Bien sûr, on comprend que Kitti agisse comme un catalyseur sur ce couple le poussant dans ses retranchements, provocant ainsi des bouleversements irrémédiables. Bien sûr les deux interprètes féminines principales, Mackenzie Davis (BLADE RUNNER 2049) et Ariane Labed (THE SOUVENIR I et II), sont excellentes et portent une grande partie du film sur leurs seules épaules.

Et SWIMMING HOME aurait pu être un une vraie réussite si le parti pris d’une esthétique à outrance n’avait pas pris le pas sur un récit qui, de ce fait, ne convainc jamais sur ses sujets principaux: la famille, la solitude, le couple, etc.

 

Ces articles pourraient vous intéresser