Spider-Man 2
Accueil Critiques Spider-Man 2

Spider-Man 2

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Genre:
Date de sortie: 13/07/2004

Cotation:

5 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Peter Parker, alias l'Araignée, court à droite et à gauche à la recherche d'argent, se faisant virer de divers petits boulots et agresser comme d'habitude par J.J. Jameson. Il en oublie jusqu'à son anniversaire... et manque une représentation théâtrale dans laquelle joue Mary Jane. Rien ne va plus... surtout lorsque soudain il a des problèmes de toile...

 

Notre critique:

Tout d’abord: Bravo! Bravo à Sam Raimi et les 3 ou 4 scénaristes embarqués dans l’aventure d’avoir su faire un numéro 2 à la hauteur des attentes du public et des fans…

Bravo donc de réussir à nourrir la personnalité de Peter Parker en la rendant plus complexe et en faisant ressortir ce qui fait le succès de Spider-Man depuis toujours auprès des lecteurs: ses problèmes. A l’encontre d’un Superman, l’Araignée est un des premiers super-héros de comics à avoir les mêmes problèmes que tout un chacun (il nous fait d’ailleurs un blocage psychologique, le pôovre!) en plus de ces problèmes d’homme en collant moulant… La notion de culpabilité, qui est appuyée particulièrement dans SPIDER-MAN 2, correspond bien à celle développée dans la BD depuis longtemps déjà.
Que Peter Parker soit renié par tous est bien la trame de fond de Spider-Man qui n’est en définitive aimé de personne sauf lorsque l’on a besoin de lui. La répulsion de l’humanité face aux araignées est bien celle qui fait de l’homme-araignée un paria. Et lorsqu’il abandonnera son costume moule burnes en croyant laisser ses problèmes au vestiaire, Peter se rendra vite compte que le monde n’est pas noir ou blanc mais bien rouge et bleu…

Bravo également de nous faire un Doc Octopus encore mieux que le Bouffon Vert! La ressemblance avec l’original en deux dimensions est fa-bu-leuse! On s’y croirait et on en redemande! Tant sur le plan du personnage (magistralement porté par Alfred Molina) que des effets spéciaux, Doc Oc est parfait…

Bravo encore d’avoir rendu crédible les rapports plutôt caricaturaux qui existent entre les personnages. On en arrive même à croire à ce J.J. Jameson outrancier, ou à ce revirement de M.J. pour le fils du même Jameson.

En définitive, les fans du tisseur ne peuvent que remercier Sam Raimi d’avoir su merveilleusement intégrer dans ce 2e opus tout ce qui fait de l’Araignée un héros fragile et fort à la fois, les autres applaudiront aux effets spéciaux encore plus fous et à l’histoire d’amour…