Accueil Critiques Søndagsengler

Søndagsengler

par Olivier Guéret
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : L'Envers Du Dimanche

Equipe :
Durée : 97‘
Genre :
Date de sortie : 30/12/2000

Cotation :

4 of 6 stars

Si vous avez manqué le début:

Tous les dimanches, à onze heures moins cinq, la jeune Maria, quinze ans au compteur, est à l'église. Son père est pasteur et sa mère disciplinée. Coincée dans une éducation chrétienne, Marie décide de vivre, de ne pas revêtir le manteau gris et sans joie que portent toutes les femmes du village. Du coca aux soirées dansantes, elle essaiera tout pour sortir de son éducation pesante et castratrice...

 

Notre critique:

Cette fiction norvégienne, ancrée dans la fin des années 50, dépeint avec humanisme et simplicité les déboires d’une adolescente en plein épanouissement. S’ouvrant à la vie, elle se trouve face à un père orné d’oeillères cléricales, ne voyant que les défauts d’autrui.

Sélectionné aux Oscars dans la catégorie des meilleur films étrangers, il mérite plus qu’un regard curieux. Poésie, humour, tragédie et chaleur forment un ensemble homogène orchestré par la réalisatrice Berit Nesheim. Elle met en image avec force et tendresse la conquête d’une indépendance. Si Maria (Marie Theisen, parfaite) préfère de loin un coca au sang du Christ, c’est pour mieux afficher ses envies profondes, son désir de vivre comme femme et non comme « bonne du curé ».

Gentiment anti-clérical, THE OTHER SIDE OF THE SUNDAY remet, une fois de plus, les pendules religieuses à l’heure et leur hégémonie en question.