Silver Linings Playbook

Silver Linings Playbook

Pat souffre de troubles bipolaires et a perdu sa femme Nikki suite à une violente altercation avec l’amant de cette dernière. C’est en rencontrant Tiffany, elle-même un peu limite dans ses rapports sociaux, que Pat va retrouver le sens de la vie…

SILVER LINING PLAYBOOK est un film qui doit un peu à sa mise en scène et beaucoup plus encore à ses interprètes.

Côté mise en scène, après sa biographie du boxeur américain, Micky Ward, David O. Russell change de registre et, sans fioritures, nous concocte une mise en scène bien en adéquation avec le fond (la caméra très en mouvement du début donne une très bonne impression de la désorientation du personnage).

Côté distribution, Bradley Cooper montre qu’il n’est jamais aussi bon que lorsqu’on lui donne ce type de rôle entre drame et comédie tandis que Jennifer Lawrence nous fait facilement oublier THE HUNGER GAMES au travers de ce personnage plus complexe.

Pour finir, et même si le récit est plutôt convenu (les deux êtres cassés se reconstruiront ensemble) et la fin attendue, les dialogues sont rapides et percutants, la distribution est parfaite, à la hauteur de la romance, et la mise en scène robuste, ce qui fait de SILVER LINING PLAYBOOK un film entre drame et comédie qui se laisse voir…

Articles associés

Love Lies Bleeding

Une affaire de principe

Drive-Away Dolls