Shortbus
Accueil Critiques Shortbus

Shortbus

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe:
Durée : 102’
Genre: Drame
Date de sortie: 07/11/2006

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

New York. Dans une baignoire, un homme nu filme son sexe. Ailleurs, un jeune homme est en plein milieu d'une scène sado-masochiste avec une prostituée. Encore ailleurs, un homme et une femme explorent toutes les positions sexuelles possibles...

 

Notre critique:

SHORTBUS va certainement relancer le débat sur la limite entre cinéma pornographique et cinéma d'art ou d'auteur… Cette histoire raconte en effet avec moult détails crus et explicites les destins de différents new yorkais à la sexualité problématique (pas d'orgasmes, un couple gay monogamique, un voyeur, etc) qui se retrouvent tous à Shortbus, un club privé où chacun vit sa sexualité comme il l'entend.

Et c'est vrai que SHORTBUS ne nous épargne aucune scène choc et voyeuriste et répond certainement aux yeux de nombreuses personnes au critère de pornographie. Toutefois, SHORTBUS ne peut pas se résumer qu'à cela. Sous le couvert du sexe exposé, ce sont les brisures des personnages qui s'expriment peu à peu jusqu'à exploser et les anéantir. Et alors qu'au début du film, le sexe apparaît plutôt joyeux et drôle, il devient petit à petit dramatique, ne se justifiant plus par autre chose que l'acte sexuel en soi…

Le réalisateur/acteur John Cameron Mitchell dont c'est ici le deuxième film derrière la caméra (après le déjà très kitch et déjà 'sexe' HEDWIG AND THE ANGRY INCH) est certainement un homme engagé (il a produit le TARNATION de Jonathan Caouette) qui n'hésite pas à partir dans des voies inexplorées pour pénétrer l'âme humaine dans ce qu'elle n'a pas forcément de meilleur. Aidé en cela par des acteurs qui osent s'impliquer tant physiquement que moralement, Mitchell apostrophe, provoque et ne plaira pas à tout le monde, mais il a le mérite de proposer sa vision… On aimera ou on détestera mais SHORTBUS ne laissera pas indifférent. A ne pas mettre sous tous les yeux cependant…