Serre-moi fort
Accueil Critiques Serre-moi fort

Serre-moi fort

par Eric Van Cutsem

Equipe : Mathieu Amalric, Vicky Krieps, Vincent Lacoste
Durée : 97’
Genre :
Date de sortie : 08/09/2021

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Une mère, Clarisse, quitte sa maison à l'aube laissant une liste de course sur la table, ainsi que mari et enfants, se débrouiller seuls pour le petit déjeuner.

 

Notre critique:

Adapté d’une pièce de théâtre, SERRE-MOI FORT, le nouveau film de Mathieu Amalric, a été présenté dans la nouvelle section Cannes Première au 74e Festival de Cannes. Cette section qui reprend tous les films qui n’ont pas les honneurs de la compétition officielle ou des autres sections permet à des films comme celuilà d’avoir une bonne visibilité.

Mathieu Amalric est bien sûr l’acteur bien connu présent dans pas moins d’une centaine de film (on citera LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON, LES FANTOMES D’ISMAËL ou encore LE GRAN BAIN) mais aussi l’auteur complet (réalisateur, scénariste) de 5 longs métrages dont BARBARA son dernier en date.

Personnage intéressant, très éclectique, qui ose s’impliquer dans es oeuvres diverses et variées, Mathieu Amalric est donc un artiste à suivre et lorsqu’il sort un nouveau film, cela vaut sans aucun doute la peine de s’y intéresser de près.

Et le plus intéressant dans SERRE-MOI FORT réside principalement dans la forme du récit et dans la narration choisie par Amalric. Sur le point de départ d’une femme qui quitte la demeure familial pour partir sur les routes et disparaître aux yeux de son mari et de ses deux enfants, idée somme toute banale, le film nous prend dans sa toile narrative surtout par son déroulé et le choix de sa mise en scène.

SERRE-MOI FORT établit en effet dès le départ un dialogue en voix off et à distance entre une mère et sa famille, proposant une sorte d’écho narratif entre l’histoire de la mère et celle de sa famille distante. Intriguant, ce choix prend tout son sens au fur et à mesure que l’histoire avance et que le récit prend forme pour se terminer sur un renversement de situation inattendu: et si ce n’était pas la mère qui était partie?

Le tour de passe-passe que propose SERRE-MOI FORT risque d’agacer autant de personnes qu’il en charmera car, à l’instar d’un SIXIEME SENS de Shyamalan, on sera furieux d’avoir été piégé de manière aussi triviale ou content de découvrir le pourquoi du comment de l’histoire. Mais que vous fassiez partie d’un groupe ou de l’autre, SERRE-MOI FORT ne vous laissera pas indifférent et c’est aussi ça le cinéma!

 

Ces articles pourraient vous intéresser