Serendipity
Accueil Critiques Serendipity

Serendipity

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Un Amour à New York

Equipe:
Durée : 87’
Genre:
Date de sortie: 12/02/2002

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

New York, à l'approche de Noël. Alors que Jonathan fait sa tournée des magasins pour acheter une paire de gants noire, il se retrouve nez à nez avec Sara, une charmante jeune femme qui souhaite acheter la même paire. Et c'est le coup de foudre réciproque, celui qui n'arrive qu'une fois par siècle. Mais malheureusement, le destin s'acharne sur les deux tourtereaux et ils se perdent de vue avant même d'avoir pu échanger leurs adresses. Mais voilà que, dix ans plus tard, alors qu'il se prépare à se marier Jonathan se met en tête de retrouver Sara...

 

Notre critique:

Disons-le sans ambages, s’il n’y avait Kate Beckinsale (PEARL HARBOR) et John Cusack (BEING JOHN MALKOVICH, HIGH FIDELITY) dans les rôles titres le film ne vaudrait pas tripette… Car voir un amalgame de lieux communs comme celui-là dans un seul film paraîtra inévitablement navrant à la majorité d’entre nous. Exception faite probablement de tous les gens (et il y en a certainement pas mal) à la recherche de l’âme soeur et qui croient encore aux contes de fées.

Et c’est là la seule façon supportable d’aborder SERENDIPITY: comme un conte de fées en période de Noël! Si vous tentez une autre approche, vous êtes perdus. Soit le sommeil va irrémédiablement vous envahir, soit l’agacement devant tant de bons sentiments risque de vous empêcher de passer un bon moment cinéma. Bien sûr c’est vrai qu’il s’agit là d’un premier scénario pour Mark Klein, mais devait-il pour autant se prendre les sentiments dans ce genre de comédie romantique si difficile à réaliser surtout lorsque le réalisateur ne se nomme pas Billy Wilder?

Mais où est donc passé Peter Chelsom, le réalisateur de FUNNY BONES ou de HEAR MY SONG? Où sont donc passés la tendresse, les personnages subtils et plutôt étranges ou les regards décalés? Depuis TOWN & COUNTRY, il semble qu’il soit juste devenu un faiseur de comédies romantiques plates, justes soutenues par un casting de choix. Quel dommage!