Schneider vs Bax

Film hollandais, SCHNEIDER VS BAX commence comme un polar noir de chez noir avec un sujet qui ne rigole pas: les tueurs à gages. Mais voilà, Alex van Warmerdam, réalisateur et scénariste à qui l’on doit déjà le bon BORGMAN, ne se contente pas d’un thriller sombre et convenu.

Au fur et à mesure de l’histoire surviennent des problèmes qui entraînent le récit et ses personnages dans un déroulement de plus en plus imprévisible. Tout finit, pour ce tueur froid et réfléchi, par partir en vrille sans que, ni lui, ni le spectateur, ne sent le coup venir.

Car c’est par de subtiles rebondissements distillés un peu partout sur la route du récit que Alex van Warmerdam sème le doute et pousse ses personnages à déborder de leur cadre pour montrer leur vrai visage. Et c’est bien sûr, de ce côté dérapage, absurde mais bien mené, qu’il faut chercher le ressort comique de SCHNEIDER VS BAX et également son côté très savoureux.

Les interprètes jouent merveilleusement de cet aspect ‘dépassé’ de leur personnage tout en s’intégrant parfaitement dans la mise en scène solide et sans fioritures inutiles du réalisateur hollandais.

Au final, SCHNEIDER VS BAX est une excellente surprise, un divertissement en forme de comédie policière que l’on attendait pas aux pays des bataves, mais plutôt chez nos voisins britanniques.

Articles associés

Bad Boys: Ride or Die

The Zone of Interest

La fille de son père