Roman de gare
Accueil Critiques Roman de gare

Roman de gare

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Equipe :
Durée : 103‘
Genre : Film policier
Date de sortie : 03/07/2007

Cotation :

4 of 6 stars

Si vous avez manqué le début:

Judith Ralitzer, romancière à succès, est interrogée au commissariat. On la soupçonne du meurtre de son secrétaire personnel... Elle raconte alors les détails des faits qui remontent à 1998...

 

Notre critique:

Pour son dernier film et après les nombreux déboires de ses films avec les critiques et le public, Claude Lelouch a décidé de préparer sa dernière réalisation sous le sceau du secret, allant même jusqu'à utiliser un prête-nom. En jouant cette carte, il espérait démontrer que la critique fustigeait plus le nom de Lelouch que réellement ses films.

Mais le plus grand reproche que l'on peut faire à Claude Lelouch n'est pas de faire de 'mauvais' films, c'est de faire depuis des années le même film, variation sur le thème des destins entrecroisés, sans jamais tenter autre chose.

Avec ce ROMAN DE GARE, si dès les premières minutes, on sent le réalisateur français tant dans les dialogues que dans la mise en scène, on est également agréablement surpris de voir qu'il ne nous sert plus une grande fresque aux multiples destins entrecroisés… Non, cette fois, il s'attache au personnage de Laclos, interprété avec beaucoup de talent par Dominique Pinon (ALIEN RESURRECTION, UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES), et ne le lâche que très peu. Il donne aussi à son sujet une tournure inhabituelle dans ses derniers films jouant sur le mystère, sur l'ambiguité du personnage principal afin de conférer une dimension de thriller qui capte l'attention du spectateur.

Bon bien sûr, les tics de Lelouch sont toujours là: mise en abîme du sujet du roman par rapport au sujet du film, des grandes phrases lâchées comme des maximes au milieu des dialogues, une fin un peu invraisemblable, mais dans l'ensemble il réussit à gommer heureusement un schéma narratif qu'il utilisait depuis des années et évite ainsi de lasser son public… et la critique.