Rock’n Roll

A 43 ans, Guillaume Canet est loin d’être un has-been, il a la reconnaissance du public en tant qu’acteur (CEZANNE ET MOI) et celle de la critique et du public en tant que réalisateur (MON IDOLE, LES PETITS MOUCHOIRS). Il prouve ainsi son éclectisme et montre clairement qu’il est un artiste complet!

Il lui fallait donc une bonne dose d’auto-dérision pour se lancer dans ce qui ressemble furieusement à une sorte d’auto-biographie d’une possible crise de la quarantaine de cet homme qui a, non seulement le succès professionnel, mais aussi le succès privé puisqu’il forme avec Marion Cotillard le couple très glamour du cinéma français.

Dans ce ROCK’N ROLL, Canet se pose donc en victime d’un jeunisme ambiant qui fait qu’au cinéma (et ailleurs aussi), avoir plus de quarante ans, c’est ne plus être très rock’n roll. Et pour convaincre les spectateurs, il concocte donc son double anti-glamour à l’écran, ne se privant pas d’asséner à cette caricature de lui-même quelques-uns des dialogues et des situations dont on sent qu’ils ont une sérieuse base de vécu. Ne fut-ce que parce que l’image que l’on a du couple Cotillard-Canet ne peut se satisfaire du seul réalisme de monsieur-tout-le-monde.

Mêlant plutôt habilement des portions de vérité (Marion Cotillard qui se prépare pour le film de Xavier Dolan) avec une fiction qui sent parfois le règlement de compte décalé et humoristique (les César qui servent de pieds à la table du salon, l’absence de récompense aux César de Guillaume Canet).

Si la première partie du film est menée tambour-battant et est d’une drôlerie à toutes épreuves (le passage chez Johnny Halliday est à mourir), la solution choisie par Canet -le personnage de fiction- pour redevenir rock’n roll et retrouver sa jeunesse est hélas un peu décevante, emmenant le personnage sur des pistes humoristiques peut-être trop faciles ou trop attendues qui risquent de décontenancer une partie du public (et d’en faire beaucoup rire une autre partie).

Reste que ROCK’N ROLL est une comédie osée dans le paysage cinématographique français actuel, provocant et titillant avec talent notre ressenti d’un star-système qui nous fait parfois mettre sur un piédestal des personnes qui ne font jamais que leur métier: celui de comédien(ne).

Articles associés

Un petit miracle

Babylon

The Enforcer