Rings

Rings

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Le cercle

Cotation :

1 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Un homme angoissé dans un avion en phase d’atterrissage explique à sa voisine qu’il a visionné dernièrement une cassette et qu’après cette vision il a reçu un coup de fil lui annonçant qu’il allait mourir dans 7 jours. Or les 7 jours se sont écoulés...

 

Notre critique:

Vous vous en doutez: l’avion tombera et deux ans plus tard un professeur d’université (interprété par Johnny -Big Bang Leonard- Galecki) retrouve la cassette en question coincée dans un magnétoscope. Il n’ y a pas de hasard, pas de coïncidence, et RINGU (RING) peut recommencer presque comme le réalisateur Hideo Nakata l’avait imaginé il y a près de 20 ans.

Presque car ce RINGS, qui fait suite aux 2 remake américains avec l’actrice Naomi Watts (THE RING et THE RING TWO), n’a ni les mêmes ambitions d’angoisse, ni une mise en scène à la hauteur.

Que du contraire, car cette oeuvrette de F. Javier Gutiérrez dont c’est seulement le deuxième long métrage n’est qu’une suite d’images mises bout à bout sans réelle cohérence, avec des airs de tous les séries Z de films d’horreur qui sont passés avant lui (on a même un air de FINAL DESTINATION).

Côté frissons, RINGS n’atteint pas le degré zéro de l’angoisse distillée par Hideo Nakata, diluant en plus toutes les histoires et sous-histoires qu’avaient pu mettre en place les autres épisodes de la série. On sent que l’indigence du scénario vient plutôt des trois scénaristes qui se sont succédés sur ce film tentant de raccrocher leur propre travail d’imagination sur celui qui l’a précédé.

RINGS n’est pas un film d’horreur, c’est un jeu de massacre filmique…

 

Ces articles pourraient vous intéresser