Return To Me

Return To Me

Coincé la plupart du temps sur les plateaux des X-FILES, David Duchovny ne peut tourner qu’un film par an. C’est bien dommage! Ceci dit au vu des qualités intrinsèques de ses choix, on ne s’en plaint pas. PLAYING GOD et ce RETURN TO ME ne vont en rien étoffer l’image de notre agent très spécial et ne resteront pas gravés dans la mémoire de quelques cinéphages hésitant entre se refaire l’intégrale de la série qui a lancé notre acteur ou se farcir ses timides tentatives de changement de registre.

Si l’histoire est simple et directe, on peut bien trop facilement en prédire les retournements et le dénouement. Comme toutes les histoires d’amoouuurrr, ce n’est pas la fin qui compte mais bien le temps et les savantes trouvailles que nous déployons pour parvenir à nos fins. Aucune innovation géniale n’est à retenir, mais un scénario qui avance à son propre rythme, laissant le soin aux acteurs d’étaler toute la science de leur jeu dans des personnages fermés mais qui finiront obligatoirement par s’ouvrir. Et oui, en été, il n’y a pas que les étudiants et leur films de collèges, il y a également les guimauveries sympathiques avec leurs personnages attachants et leurs histoires tant rebattues qu’elles ne surprennent plus personne !

Articles associés

Chlopi

Le bleu du caftan

The Eternal Daughter