Quai d’Orsay

Quai d'Orsay

Adapté de l’excellente bande dessinée de Christophe Blain, le nouveau film de Bertrand Tavernier explore avec bonheur les dessous de la diplomatie française en s’attachant aux pas du ministre Alexandre Taillard de Worms, double de papier et de cinéma de Dominique de Villepin.
Comme la bande dessinée dont il s’inspire, le film est découpé par les aphorismes d’Héraclite chers au ministre, rythmant ainsi le labyrinthe politique d’une diplomatie française plutôt cynique. Même si la forme est parodique, le fond est bien documenté (comme l’était la BD d’ailleurs) et est bien plus proche de la réalité que l’on pourrait croire. Et c’est ce mélange de compétence, d’incompétence et de dynamisme qui conduira à un des plus beaux discours jamais fait à l’ONU.
Avec la mise en scène de Tavernier qui retranscrit parfaitement le rythme de la BD, un Thierry Lhermitte absolument fabuleux et un Raphaël Personnaz parfaitement dans le ton du nègre du langage, QUAI D’ORSAY est un film riche, dynamique et brillant comme on aimerait en voir beaucoup plus!

Articles associés

Le torrent

Under the Fig Trees

Close