Public Enemies

Public Enemies

Après les exploits de Mesrine en France, voici la biographie d’un des plus célèbres ennemis public numéro un du début du siècle aux Etats-Unis: John Dillinger. Braquages de banques, tueries en tout genre, ego surdimensionné, volonté de plaire à tout prix et de jouer les robin des bois, les points communs entre ses deux personnages sont légion!

PUBLIC ENEMIES ne se perd pas dans l’enfance de Dillinger et ne tente pas le coup de la biographie exhaustive préférant plutôt s’attacher à la fin de la vie du criminel et ses rapports avec la pègre et la police. En toile de fond de la biographie, on assiste aussi à la naissance des techniques d’investigation policières modernes, à la naissance du FBI, à la montée en force de J. Edgar Hoover…

Comme dans toutes biographies (où finalement le fil de l’histoire est connue), ce n’est pas par le scénario que le film brille mais plutôt par une mise en scène solide aux mouvements de caméras ciselés que l’on doit à un spécialiste en la matière, Michael Mann. Comme dans ses autres films (HEAT, COLLATERAL, THE INSIDER), sa mise en scène sert parfaitement son propos et anime l’ensemble du récit d’une dynamique compensant largement un scénario relativement linéaire et simple.

Tout cela fait déjà de PUBLIC ENEMIES un film à ne pas manquer que complète un casting de comédiens largement à la hauteur: Johnny Depp, Christian Bale et Marion Cotillard sont parfaitement justes et appuient le réalisme de la mise en scène.

Articles associés

Le bleu du caftan

The Eternal Daughter

Anyone But You