Pride and Glory
Accueil Critiques Pride and Glory

Pride and Glory

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Le prix de la loyauté

Equipe:
Durée : 130’
Genre: Drame policier
Date de sortie: 02/12/2008

Cotation:

4/ 6

Si vous avez manqué le début:

Quatre policiers sont abattus dans une affaire de drogue, et l'événement fait la une des journaux. Mais quelque chose ne tourne pas rond. Il se pourrait qu'il se soit agi d'un piège. En effet, les trafiquants semblaient prévenus de l'arrivée de la police. Francis Sr., patriarche des Tierney, charge le jeune Ray de résoudre l'énigme. Rapidement, celui-ci se rend compte que l'affaire cache bien plus qu'un simple fait divers. L'appartement où a eu lieu le crime appartient en fait à un baron de la drogue et le meurtre des policiers ressemble étrangement à une vengeance...

 

Notre critique:

On ne peut pas dire qu’en quelques longs métrages, le réalisateur et scénariste Gavin O’Connor n’a pas fait preuve d’éclectisme: un film sur le hockey, un sur les rapports d’une mère et de sa fille ado et maintenant un polar bien noir et bien dur qui s’attaque à la corruption policière…

Avec son scénario bien ficelé, PRIDE AND GLORY mêle avec beaucoup de finesse l’honneur d’une famille de policiers avec l’honneur policier et la corruption policière avec la trahison familiale. L’alternance entre enquête et vie en famille, la notion de patriarche (admirablement interprété par John Voight), le réalisme plutôt glauque de la mise en scène et des personnages contribuent parfaitement à cette atmosphère où honneur et corruption sont souvent les deux faces d’une même médaille.

Edward Norton (FIGHT CLUB, THE ILLUSIONIST, HULK) en policier intègre qui s’est mis sur la touche car il ne croyait plus à son métier de terrain oscille merveilleusement entre fragilité et courage tandis que Colin Farrell (IN BRUGES, ALEXANDER) en flic ripoux, violent et sans limites éclabousse salement son personnage lui donnant une présence remarquable.

Jamais long malgré ces deux heures dix minutes, PRIDE AND GLORY se termine comme la véritable descente aux enfers de toute une famille dont les dérapages entacheront inévitablement la loi et l’ordre de New York…