No Time To Die - Mourir peut attendre
Accueil Critiques No Time To Die

No Time To Die

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : Mourir peut attendre

Cotation :

4 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

Une jeune adolescente et sa mère sont seules dans une maison au bord d'un lac gelé quant un homme masqué entre dans la maison et tue la mère. La jeune fille arrive à s'échapper...

 

Notre critique:

Est-il besoin de dire qu’on l’attendait ce Bond là?

Repoussé plusieurs fois pour cause de pandémie et surtout de confinement, jamais un blockbuster de cette ampleur n’aura vu autant sa sortie en salle remise en question. Il aura donc fallu plus d’un an entre la sortie initialement prévue en 2020 (en avril) et celle de 2021.

On connaissait bien sûr le casting -on parle ici de Léa Seydoux, de Christophe Waltz– et au vu de ce casting on se doutait que la filiation avec SPECTRE, le précédent opus, allait être au centre de ce NO TIME TO DIE. On savait aussi que c’est le dernier Bond avec Daniel Craig.

Si l’on ajoute à tout cela un réalisateur, Cary Joji Fukunaga qui n’a que deux longs métrages à son actif, et l’information donnée par la bande annonce (de l’action, beaucoup d’action), NO TIME TO DIE restait relativement mystérieux et il était difficile de prévoir sa vraie filiation dans la saga des Bond.

Alors finalement, qu’en est-il?

Partant sur un flashback qui va servir à la fois de set-up mais aussi de fil conducteur pour comprendre les enjeux, NO TIME TO DIE continue avec des cascades à couper le souffle qui donnent le ton des 2h43 de film: de l’action, beaucoup d’action qui vont emporter le spectateur dans un tourbillon qui ralentira que dans les quelques moments d’introspection de James. Car oui, vous avez bien lu, la nouveauté est aussi que ce Bond là est plus fragile, plus dans le doute et se pose de nombreuses questions sur lui-même et son existence.

On ne manquera pas de faire une petite mention spéciale au casting de Ana de Armas (KNIVES OUT, BLADE RUNNER 2049) qui allie le charme des James Bond girls, avec l’humour et une chorégraphie sans fausses notes lors d’une scène de combat mémorable.

Ana de Armas est Paloma dans NO TIME TO DIE

Jusque-là, c’est plutôt bon, non?

Effectivement, ces points particuliers sont plutôt dans une lignée d’un Bond plus humain tout en jouant sur les critères plus classiques de l’espion de sa majesté (l’action), somme toute un mélange de CASINO ROYAL et de SPECTRE. Malheureusement, le reste de NO TIME TO DIE n’est pas vraiment à la hauteur et la noirceur et la sophistication du récit qui seyait parfaitement à Craig dans CASINO ROYALE ou dans SKYFALL ne sont pas vraiment présentes dans ce nouvel opus de la franchise.

Plus perturbant encore, le méchant de service, Lyutsifer Safin, incarné par Rami Malek, n’est pas vraiment à la hauteur ni d’un Christopher Waltz, ni d’un Silva (Javier Bardem) ou du Chiffre (Mads Mikkelsen). Et ce manque de répondant du grand méchant loup fait perdre beaucoup de sa valeur à James alors qu’il fait son dernier tour de piste.

En conclusion…

NO TIME TO DIE n’est donc ni LE film de la saga, ni véritablement un raté (il est meilleur que QUANTUM OF SOLACE heureusement) mais très en dessous d’un CASINO ROYALE ou d’un SKYFALL.

Il y aurait aussi beaucoup à redire sur le final et sur la filiation de Bond mais nous préférons ne pas en dévoiler trop pour que le spectateur puisse profiter du spectacle et surtout de ce qu’implique la fin du film pour la suite des aventures du célèbre 007, l’archétype de l’espion britannique!

 

Ces articles pourraient vous intéresser