Nightwatching
Accueil Critiques Nightwatching

Nightwatching

par Eric Van Cutsem
Publié: Dernière mise à jour le

Titre français : La ronde de nuit

Equipe:
Durée : 125’
Genre: Drame
Date de sortie: 15/07/2008

Cotation:

3 sur 6 étoiles

Si vous avez manqué le début:

1654, Amsterdam. Rembrandt se réveille en sursaut : il vient de rêver qu'il est aveugle. Ce cauchemar le replonge 12 ans en arrière, en 1642, alors qu'il travaille sur son oeuvre la plus célèbre, La Ronde de Nuit.
Alors que le peintre est au sommet de son art et de sa gloire, la milice des Mousquetaires d'Amsterdam lui demande un portrait de groupe. Malgré sa réticence face à ces soldats amateurs et fats ne cherchant qu'à se pavaner, Rembrandt accepte: sa femme Saskia est enceinte, et cette toile monumentale assurerait un futur stable à cet enfant longtemps désiré.

 

Notre critique:

On connaît depuis longtemps déjà l’amour que porte Peter Greenaway (THE DRAUGHTSMAN’S CONTRACT, DROWNING BY NUMBERS) à la peinture. Chacun de ses films faisait la part belle à cet art majeur et sa photographie et ses cadrages soignés confirment son goût prononcé dans ce domaine.

Si l’on ajoute à cela son intérêt certain pour les nombres et les intrigues, quoi d’étonnant donc qu’il s’attaque à un épisode de la vie de Rembrandt, celui de la création de sa fameuse ‘Ronde de Nuit’… En plaçant Rembrandt dans un univers à la Rembrandt, en jouant avec la dimension théâtrale et avec des cadrages très ‘choisis’, il nous offre une mise en abyme imagée très réussie.

La passion de Rembrandt pour les intrigues autour de chacun des personnages de son tableau rejoint le plaisir de Greenaway de nous proposer les dessous de la création: la dénonciation et l’accusation au travers de la peinture des possibles assassins du sujet principal de La Ronde de Nuit…

Malheureusement, une certaine extravagance dans le propos et le côté (trop) théâtral de l’ensemble rendent parfois difficile le suivi du récit et l’intérêt historique s’en trouve noyé au milieu de plans esthétisants et dont la subtilité est difficile à saisir pour les néophytes en peinture…