Mystic River

Mystic River

Si on retrouve, dans cette adaptation d’un roman noir de Dennis Lehane, toute la profondeur d’un Clint Eastwood au mieux de son art, au sommet de sa force tranquille de réalisateur, on a aussi le plaisir d’assister à quelques superbes prestations d’acteurs uniques, tous plus pénétrés par leur personnage les uns que les autres. Tim Robbins est absolument superbe de retenue et de sobriété, Sean Penn est sombre comme il sait l’être tandis que Kevin Beacon, pris entre vérité et mensonge, balance à merveille entre le doute et la certitude. Le reste du casting est la hauteur des têtes d’affiche: irréprochable…

MYSTIC RIVER n’est pas seulement l’histoire d’une vengeance menée à son terme, c’est aussi la démonstration qu’une violence issue du passé peut s’amplifier et bouleverser le présent en emportant sur son passage toutes les générations qui l’ont subie. Eastwood tisse lentement (le film dure plus de deux heures) les liens de violence qui unissent les personnages, renforçant chaque fois la toile de tensions et de fureurs qui déclencheront des actions irréversibles. Avec force et méthode, il enfonce les clous là où cela blesse le plus ses personnages…

On regrettera par contre une fin trop ambiguë laissant la porte ouverte à des interprétations opposées qui ne manqueront pas de déchaîner les passions à la sortie des salles…

Articles associés

As Bestas

L’année du requin

Everything Everywhere All at Once